Principes de la méthode Montessori

Les grands fondamentaux

Les principes à s'approprier pour mieux comprendre la pédagogie Montessori

La liberté

Cap sur l'autonomie maîtrisée...

La notion de libre choix de l'enfant est importante : en classe, il va choisir l’activité qu’il veut mener, à son propre rythme, autant de fois qu'il le souhaite. Il a aussi le droit de parler à voix basse et se déplacer comme bon lui semble dans la salle de classe, tant que l’ambiance de travail (cadre et discipline) est respectée. Un principe que l'on peut adopter à la maison en laissant plus d'autonomie et de responsabilité à l'enfant.

La liberté, principe clé de la pédagogie Montessori

Les périodes sensibles

Une facilité d'apprentissage inégalée et éphémère

Selon Maria Montessori, entre la naissance et 6 ans, l’enfant traverse plusieurs périodes dites ‘’sensibles” au cours desquelles sa capacité à apprendre est facilité. Il s’agit de périodes privilégiées où l’enfant va se passionner naturellement pour certains sujets (la marche, la lecture, la géographie…) et où ses efforts d’acquisition sont moindres car l’enthousiasme (engrais pour le cerveau) le porte inlassablement.

Les périodes sensibles définissent les moments spécifiques durant lesquels l'enfant absorbera naturellement les apprentissages qui l'intéressent

Respect du rythme de chacun

Considérer l'enfant comme un individu à part entière

Peu importe la vitesse d'apprentissage de l'enfant, nous nous devons de respecter son rythme et ses besoins propres, tant qu’il est concentré et investi. Le rythme de l'enfant peut varier selon le moment de la journée, l’activité, les différents stades de son développement, ses périodes sensibles... L'important est que l'apprentissage se fasse de manière progressive et durable, et avec plaisir.

Respecter le rythme de chaque enfant est primordial

L'environnement préparé

Comme un poisson dans l'eau...

Pour Maria Montessori, la préparation de l’environnement est très importante. Ce n’est pas à l’enfant de s’adapter à l’environnement, mais aux adultes d’adapter l’environnement à l’enfant.

Concrètement, l’environnement doit-être ordonné et stimulant, adapté à la taille, à la force et aux besoins naturels de l’enfant (par exemple, un patère à l'entrée, un marchepied dans la salle de bain...)

Adapter l'environnement aux besoins de l'enfant est très important pour son bon développement

Le contrôle de l'erreur

Partie prenante de l'apprentissage

Maria Montessori considérait l'erreur comme un moyen de progresser/perfectionner ses apprentissages. C’est dans cette optique que dans tout atelier Montessori, est inclus un moyen de contrôle autonome de l’erreur (ou autocorrection). L'enfant est invité à contrôler seul l’exactitude de ce qu’il vient de faire, plutôt que d'attendre passivement les corrections de l’éducateur. Il peut ainsi se corriger lui-même.

Le contrôle de l'erreur permet l'autocorrection de l'enfant sans intervention de l'adulte